N° 9  PRATIQUES ET REPRÉSENTATIONS | HISTOIRE & CIVILISATION

N° 8 >

 NOUVEAUTÉS  

 COLLECTIONS

 Lez Valenciennes  
 Recherches Valenciennoises  
 Parcours  
 Hors collection  
 Val & Staps / ValenSciences  
 Echinox  
 Autres  

 Europe(s)  
 Textes en contexte  
 Pratiques et représentations  
 Contrées et Concepts  
 Transports & Mobilités  

 THÈMES

 Art  
 Histoire & Civilisation  
 Littérature  
 Théâtre  

 AUTEURS  

 COMMANDER  

 PRÉSENTATION PUV  
 LIENS  
 LETTRE INFORMATIQUE  
 CONFÉRENCES/ACTIVITÉS  
 CONTACT  

HISTOIRE DE LA HAINE IDENTITAIRE



> EXTRAITS

Stéphane François et Nicolas Lebourg

15,5 cm x 23 cm
170 pages - broché
2015
ISBN-13 9782364540315
Prix € 22

– mutations et diffusions de l’altérophobie –

En juillet 2011 un double attentat en Norvège fit redécouvrir au monde la puissance du travail souterrain des mythologies hostiles à l’Autre. Comme un temps les thématiques aryanistes et les rêveries sur l’origine circumpolaire d’un peuple indo-européen primitif, les éléments du discours islamophobe du terroriste norvégien semblaient pourtant trop fantasmatiques pour relever du politique. Pourtant, ses actes et son discours s’inscrivaient précisément dans l’histoire internationale des marges radicales qui ne cessent d’inventer des formulations destinées à rationaliser et légitimer la pulsion altérophobe.
Cette périphérie va cependant au-delà de l’extrême droite et travaille d’autres horizons culturels et politiques pour se répandre insidieusement dans l’espace public et finir par transformer les transgressions en normes. S’ils ont donné lieu à un simple débat franco-français sur les dérives inhérentes à l’islamisme, les attentats de janvier et novembre 2015 en France n’échappent pas à cette dérive. Aussi, pour la première fois, ce livre nous donne les clés pour penser ce phénomène de manière globale.

Auteurs de plusieurs ouvrages sur les droites extrêmes, Stéphane François (chercheur au GSRL, CNRS) et Nicolas Lebourg (chercheur associé au CEPEL, CNRS-Université de Montpellier?; Research Fellow, Université George Washington) sont membres de l’Observatoire des radicalités politiques (ORAP) de la Fondation Jean Jaurès.


> SOMMAIRE