N° 2  TRANSPORTS & MOBILITÉS | LITTERATURE / ART

N° 1 >

 NOUVEAUTÉS  

 COLLECTIONS

 Lez Valenciennes  
 Recherches Valenciennoises  
 Parcours  
 Hors collection  
 Val & Staps / ValenSciences  
 Echinox  
 Autres  

 Europe(s)  
 Textes en contexte  
 Pratiques et représentations  
 Contrées et Concepts  
 Transports & Mobilités  

 THÈMES

 Art  
 Histoire & Civilisation  
 Littérature  
 Théâtre  

 AUTEURS  

 COMMANDER  

 PRÉSENTATION PUV  
 LIENS  
 LETTRE INFORMATIQUE  
 CONFÉRENCES/ACTIVITÉS  
 CONTACT  

LA FIN DU CHEVAL



> EXTRAITS

Pierre Giffard – Illustrations Albert Robida
Préface de Georges Vigarello
Avant-propos de Jean-Claude Viche

21 cm x 29 cm
272 pages - broché
2015
ISBN-13 9782364240292
Prix € 36

La fin du cheval n’est évidemment pas celle du cheval comme espèce, mais celle du cheval comme « moteur ». Lorsqu’en 1899, Pierre Giffard publie La Fin du cheval, essai historique et polémique illustré par Albert Robida, cela s’inscrit dans un moment où s’impose une bascule technique, économique et sociale quasi définitive dans l’univers industriel de la fin du XIXe siècle : la perte de toute légitimité accordée à la traction animale comme mode de transport. La locomotive, la bicyclette et l’automobile invalident alors inexorablement l’équidé qui, même dans les campagnes, entame un irrésistible déclin. Aussi, Pierre Giffard cultive la nostalgie de cet univers fait de sensations, d’attentes, de gestes ou de désirs grâce auxquels l’homme et l’animal allaient l’amble dans la quotidienneté du déplacement. A sa façon, l’auteur se soumet à la loi du progrès, et la fin du cheval permet ainsi de dessiner et imaginer les locomotions du futur.

Placé au cœur de passions politiques, sous couvert de promotions concur-rentes du sport cycliste et automobile, objet de la vindicte du Comte de Dion, le père de la marque automobile célèbre, et d’Henri Desgrange, l’inventeur du Tour de France, cet ouvrage, jamais réédité, était devenu introuvable. Souvent cité, plus rarement lu, La Fin du cheval vaut également par les illustrations, tout à la fois nostalgiques et visionnaires, d’Albert Robida.

Dès lors, une réédition commentée, reprenant scrupuleusement et le texte de Pierre Giffard, et les illustrations d’Albert Robida, s’imposait pour prendre enfin la pleine mesure d’un ouvrage dont l’enjeu va bien au-delà d’une simple chronique par défaut du progrès.

> SOMMAIRE
Préface, par Georges Vigarello

Robida et Giffard, amis et compères pour l’automobile et le vélo, par Jean-Claude Viche

I. — Origines du cheval: religieuse, scientifique. — Chez les peuples de l’antiquité. — Histoire sainte. — Le coursier d’Absalon. — Chez les Perses. — Le cheval de Darius. — Mythologie grecque: Hercule et les écuries d’Augias; les Centaures; Pégase; le cheval de Troie; chevaux marins; chevaux de feu; les chevaux d’Achille;

II. — L’opinion d’Aristote. — Les Parthes et les Scythes. — En Macédoine: Bucéphale. — A Rome: le cheval de Curtius. — Les chevaux numides. — Vercingétorix. — Le cheval de César. — Incitatus. — Les barbares. — Le bidet d’Attila;

III. — Christianisme; monde nouveau. — Le cheval de l’Apocalypse. — Saint Georges. — La licorne. — Le supplice de Brunehaut. — Les rois fainéants; concurrence des boeufs. — Apparition d’un schisme. — Mahomet. — Antar. — Charlemagne père de la chevalerie. — Les croisades. — Chevaliers de Malte et du Temple. — L’Arioste. — Cervantes. — L’hippogriffe et Rossinante. — La fin d’un monde. — Bayard. — La jument de Roland;

IV. — Le cheval paré par la main des Grâces. — Haquenées, destriers, palefrois. — Le tournoi. — Tapisseries et peintures. — La poste à cheval. — Mazeppa. — M. de Buffon. — La cavalerie au Texel. — Les chevaux blancs de Napoléon. — Marbot, Murat, Poniatowski. — Abd-el-Kader. — Remonte de guerre. — Waterloo, Morsbronn, Illy. — La cavalerie de Bredow. — Le cheval du maréchal Prim. — Tunis. — Retour à l’état premier;

V. — Apparition des routes. — Le cheval attelé. — Chars, basternes, carrosses, troïkas. — Le gros trait. — Gloire éphémère de trois siècles. — L’enfer des chevaux;

VI. — Apparition de la bicyclette. — Un cheval qui ne mange pas. — Bienfait social. — Facilité du déplacement. — Plus de cavaliers ni d’amazones. — Mœurs nouvelles. — Nouvelle cavalerie. — Funeste logique;

VII. — L’automobile. — Tentatives anciennes. — Triomphe des chemins de fer. — Abandon momentané des routes. — Question de force motrice. — Vapeur du pétrole. — Le petit moteur. — Entrée dans la pratique. — Pas de géant. — Tableau de Paris en 1900;

VIII. — Ceux qu’on ne remplace pas. — Les chevaux de course. — En Angleterre — En France. — Paradis pour chevaux; IX. — Le cheval au cirque. — Dressage. — Tours d’adresse et exercices de haute école. — Écuyers, écuyères. — Au théâtre;

X. — Hippologie. — Sport mondain;

XI. — Hippophagie. — Solution fatale. — Comme le bœuf. — « Sic transit... »;

XII. — Beaux-Arts. — Le cheval du Parthénon. — L’arc de triomphe romain. — La Renaissance. — Peintres et sculpteurs modernes. — Littérature.