N° 2  CONTRÉES ET CONCEPTS | HISTOIRE & CIVILISATION

N° 3 < | N° 1 >

 NOUVEAUTÉS  

 COLLECTIONS

 Lez Valenciennes  
 Recherches Valenciennoises  
 Parcours  
 Hors collection  
 Val & Staps / ValenSciences  
 Echinox  
 Autres  

 Europe(s)  
 Textes en contexte  
 Pratiques et représentations  
 Contrées et Concepts  
 Transports & Mobilités  

 THÈMES

 Art  
 Histoire & Civilisation  
 Littérature  
 Théâtre  

 AUTEURS  

 COMMANDER  

 PRÉSENTATION PUV  
 LIENS  
 LETTRE INFORMATIQUE  
 CONFÉRENCES/ACTIVITÉS  
 CONTACT  

PAYSAGES EN COMMUN



> EXTRAITS

Pierre Donadieu

13 cm x 19 cm
2014
ISBN-13 9782364240230
Prix € 14

Est-il possible de reconquérir les biens communs que nous avons perdus ou qui ne sont plus accessibles à tous? De restaurer ou de reconquérir la qualité de l'air dans les villes, la pureté et la disponibilité de l’eau, la proximité des sources agroalimentaires, la mixité sociale dans l’espace public, la diversité écobiologique, les identités culturelles, etc.
À tout instant, chacun peut faire l’expérience de paysages et de lieux mis en commun avec d’autres personnes. Dans la rue, sur la plage, dans un théâtre ou un stade, un jardin ou une forêt, une usine, une exploitation agricole ou un magasin, nous éprouvons des impressions communes, mais aussi différentes.
Nous avons en effet la capacité d’apprécier, de juger autant que de critiquer nos paysages quotidiens en évolution. Pourtant nous le faisons peu, et de manière souvent trop individuelle. Nous restons indifférents aux lieux que nous parcourons, par ignorance ou résignation. Nous demandons beaucoup aux pouvoirs publics et aux États pour restaurer les biens communs menacés qui nous entourent, sans doute beaucoup trop.
Nous avons perdu le sens de la solidarité, de l’être et du vivre ensemble dans des lieux qualifiés. Si bien que nous ne nous soucions pas de transmettre des milieux de vie dignes pour les générations futures.
Or, et c’est la thèse de cet essai sans prétention philosophique, il est possible de retrouver le sens et la nécessité de la vie commune, sans qu’elle devienne communautaire.
À partir d’exemples concrets, et d’une définition renouvelée de la notion de paysage, l’essai défend l’idée que les habitants d’un lieu sont les mieux placés pour choisir les biens communs locaux qui leur conviennent. Les résultats dépendent de la manière dont les pouvoirs publics et les États sont associés à ces projets.
Ce livre s’adresse aux étudiants et aux enseignants des formations d’architecture, d’urbanisme, d’environnement, d’agronomie et de paysagisme. Il est conseillé à tout lecteur intéressé par la question du paysage et du développement durable.

> SOMMAIRE