N° 14  PRATIQUES ET REPRÉSENTATIONS | HISTOIRE & CIVILISATION

< N° 15 | N° 13 >

 NOUVEAUTÉS  

 COLLECTIONS


 Europe(s)  
 Textes en contexte  
 Pratiques et représentations  

 Contrées et Concepts  
 Transports & Mobilités  

 Mondes d'ailleurs 
 Jardins & Société 

 Synergies 
 Silver 

 Mondes du travail 
 Crises & conflits 

 Hors collection  
 Autres  

 Lez Valenciennes  
 Recherches Valenciennoises  
 Parcours  
 Val & Staps / ValenSciences  
 Echinox  

 THÈMES

 Art  
 Histoire & Civilisation  
 Littérature  
 Théâtre  
 Polytechnique  

 AUTEURS  

 COMMANDER  

 PRÉSENTATION PUV  
 LIENS  
 LETTRE INFORMATIQUE  
 CONFÉRENCES/ACTIVITÉS  
 CONTACT  

EXPLORATION DE L’ENTRE-CORPS


- Imaginaire et émotions -



études réunies par Véronique Costa & Claude Fintz

15,5 cm x 23 cm
288 pages - broché
2020
ISBN-13 9782364240728
Prix € 24

Si l’intercorporéité nous sollicite aujourd’hui, c’est parce que, au lieu d’envisager, comme on le fait trop souvent, le corps des anatomistes, la res extensa de Descartes, il est question d’observer ce qui se passe (ce qui se trame) entre les corps – de sorte que le corps n’étant plus un objet circonscrit, mais une chose évanescente, une « chair » invisible, une chair spacieuse (B. Noël) qui interfère avec les autres corps, c’est l’organisme holistique des corps qui nous retiendra. C’est une aire, un volume, une sphère d’interactions que nous scruterons, davantage qu’un objet positif, enclos dans les limites de la peau, puisque, dans le contexte de l’intercorporéité, il n’a désormais plus de frontières.
Cette anthropologie invisible des corps, dans leurs interactions lors de nos activités esthétiques, artistiques, éducatives, spirituelles, qui s’enracine dans l’humus imaginaire d’Anthropos, nous met au défi d’inventer une autre méthodologie de la recherche. En effet, c’est dans un polylogue entre les disciplines qui observent ce « champ d’énergie » que naîtront peut-être les prolégomènes d’une science de l’homme, saisi dans ses réseaux d’influence, ses interactions inédites, comme le ferait un chorégraphe - ouvrant ainsi sur une épistémologie post-positiviste, où l’art devient un partenaire épistémologique de premier ordre.