N° 2  MONDES DU TRAVAIL | HISTOIRE & CIVILISATION

< N° 4 | N° 1 >

 NOUVEAUTÉS  

 COLLECTIONS


 Europe(s)  
 Textes en contexte  
 Pratiques et représentations  

 Contrées et Concepts  
 Transports & Mobilités  

 Mondes d'ailleurs 
 Jardins & Société 

 Synergies 
 Silver 

 Mondes du travail 
 Crises & conflits 

 Hors collection  
 Autres  

 Lez Valenciennes  
 Recherches Valenciennoises  
 Parcours  
 Val & Staps / ValenSciences  
 Echinox  

 THÈMES

 Art  
 Histoire & Civilisation  
 Littérature  
 Théâtre  
 Polytechnique  

 AUTEURS  

 COMMANDER  

 PRÉSENTATION PUV  
 LIENS  
 LETTRE INFORMATIQUE  
 CONFÉRENCES/ACTIVITÉS  
 CONTACT  

HOSPICE DE VAUGIRARD



> EXTRAITS

Gersende Piernas

16 cm x 24 cm
548 pages - broché - 2020
ISBN-13 9782364240803
Prix € 24

Résumé 250

Cet ouvrage vise à faire découvrir, tant sur les plans administratif et démographique que médical, le premier hôpital dédié à la « syphilis innoncente », à l’Époque moderne à Paris, dans un contexte de réforme hospitalière.


Résumé 700

La « syphilis innoncente » au cœur des préoccupations des réformateurs de l’hôpital en France à la fin du XVIIIe siècle fait l’objet d’une petite expérience inédite et privée. Créé par un magistrat en 1780, l’hospice de Vaugirard dédié aux femmes, enfants et nourrices syphilitiques rejoint, en 1781, le réseau des hôpitaux publics et intègre, en 1793, l’hôpital des Vénériens.

Afin de comprendre cet épisode de la syphilis, l’étude des seuls registres subsistants conservés dans des documents ministériels conservés aux Archives nationales permet une approche administrative, architecturale, démographique et médicale de cet hospice unique en France, grâce en particulier à des tableaux, plans et graphiques.


Gersende Piernas, docteur en histoire contemporaine, exerce aux Archives nationales du monde du travail. Elle a mené plusieurs études en histoire de la santé relatives aux hôpitaux thermaux civils et militaires en France du XVIIIe au début du XIXe siècle, à l’hôpital auxiliaire n° 47 de la Compagnie des mines de Béthune (1914-1919) et aux conductrices ambulancières de la Croix-Rouge française (1939-1989).

> SOMMAIRE