N° 3  MONDES D'AILLEURS | CIVILISATION

N° 2 >

 NOUVEAUTÉS  

 COLLECTIONS

 Lez Valenciennes  
 Recherches Valenciennoises  
 Parcours  
 Hors collection  
 Val & Staps / ValenSciences  
 Echinox  
 Autres  

 Europe(s)  
 Textes en contexte  
 Pratiques et représentations  

 Contrées et Concepts  
 Transports & Mobilités  

 Mondes d'ailleurs 
 Jardins & Société

 THÈMES

 Art  
 Histoire & Civilisation  
 Littérature  
 Théâtre  

 AUTEURS  

 COMMANDER  

 PRÉSENTATION PUV  
 LIENS  
 LETTRE INFORMATIQUE  
 CONFÉRENCES/ACTIVITÉS  
 CONTACT  

LA MONGOLIE DANS SON ESPACE RÉGIONAL
Entre mémoire et marques de territoire des mondes anciens à nos jours



> EXTRAITS

Etudes réunies par
Anna Caiozzo et Jean-Charles Ducène

15,5 cm x 23 cm
294 pages - broché
2018
ISBN-13 978-2-36424-067-4
Prix € 22

Pour les nomades, ces « sociétés à pattes », comme les surnomme le géographe Christian Grataloup, les marques de territoire constituent à la fois des formes de repérage et d’appropriation de l’espace. Ainsi, les populations turco-mongoles de l’Asie centrale à la Mongolie possèdent-elles certaines pratiques culturelles communes relatives à la gestion de leurs espaces désertiques et montagneux.
Dans ces milieux difficiles par les sols et les climats, les nomades établissent des liens avec le visible et l’invisible par le biais de gestes rituels, qui alliés à certains aménagements anthropiques, participent d’une sorte d’apprivoisement de la nature.
Trois thématiques explorent ici la façon dont les peuples de Mongolie contrôlent et interagissent avec leurs espaces : les pratiques culturelles symboliques, l’usage tardif et administratif de la cartographie, et l’attachement à des objets renvoyant aux lieux de mémoire ancrés dans le territoire. Les voyageurs et les géographes, d’Orient comme d’Occident, qui visitèrent ces contrées éloignées du Moyen âge à l’époque moderne, avaient d’ailleurs bien consigné la singularité des territoires, des hommes et des croyances, et l’importance pour les imaginaires du souvenir de l’empire mongol.
Un souvenir qui se perpétue dans les contrées voisines de la Mongolie, le Kazakhstan notamment, naguère partie intégrante de cet empire, et qui eurent d’ailleurs un destin politique quasi similaire au XXe siècle, jusqu’à ce que la liberté retrouvée des peuples redonne à l’islam local un rôle pour ainsi dire mémoriel et identitaire.

> SOMMAIRE